ÉQUIPE
Liste des candidats aux postes clés de la FIDE
Bachar Kouatly (France)
Premier vice-président
Arkady Dvorkovich (Russie)
Président
Enyonam Sewa Fumey (Togo)
Secrétaire général
Julio Ernesto Granda Zúñiga (Pérou)
Vice-président
Mahir Mammedov (Azerbaïdjan)
Vice-président
Zhu Chen (Qatar)
Trésorier
Arkady Dvorkovich (Russie)
Poste: Président
Année de naissance: 1972
Fédération: Russie

Arkady Dvorkovich est né le 26 mars 1972 à Moscou de Vladimir Yakovlevich Dvorkovich et son épouse Galina Lvovna ; son père était un célèbre arbitre international et organisateur.

Arkady commença à jouer aux échecs dès son plus jeune âge et continua à jouer pendant ses études à l'université.

En 1989, Arkady a obtenu son diplôme de fin d'études secondaires à l'école № 444 de Moscou avec une étude approfondie des mathématiques et de la programmation. En 1994, Arkady Dvorkovich est diplômé de la faculté d'économie de l'Université d'État de Moscou et obtient également le grade de master en économie de l'École d'économie russe. En 1997, il est diplômé de l'Université Duke de Caroline du Nord (États-Unis) et obtient le grade de master en économie.
Bachar Kouatly (France)
Poste: Premier vice-président
Année de naissance: 1958
Fédération: France

Bachar Kouatly est né le 3 mars 1958 dans la capitale syrienne Damas. Peu après la Guerre des Six Jours entre les pays arabes et Israël, à l'âge de 9 ans, Bashar s'est installé en France (sa mère est Française) puis au Liban. Sa première compétition d'échecs a été le championnat des équipes d'écoles de 1973 au Liban.
EN SAVOIR PLUS
Bachar Kouatly est né le 3 mars 1958 dans la capitale syrienne Damas. Peu après la Guerre des Six Jours entre les pays arabes et Israël, à l'âge de 9 ans, Bashar s'est installé en France (sa mère est Française) puis au Liban. Sa première compétition d'échecs a été le championnat des équipes d'écoles de 1973 au Liban.

Au championnat du monde des moins de 18 ans (1974) il a obtenu la quatrième place : seule la défaite du champion soviétique Yevgeny Vladimirov a privé Bachar de médaille. Kouatly a gagné le titre de maître international au tournoi de zone à Téhéran (Iran) à l'âge de 17 ans ; à cette époque, il était le plus jeune maître international du monde. Trois fois il a participé aux championnats du monde des moins de 20 ans, mais malgré le fait que Kouatly était toujours l'un des favoris, il n'a pas réussi à gagner. En 1980, il a parfaitement joué pour le Liban aux Olympiades.

Le jeune joueur d'échecs a été remarqué en France qui, à cette époque, avait un grand besoin de bons joueurs. Dans sa nouvelle patrie, Kouatly a immédiatement gagné le championnat national (1979), et jouant pour l'équipe nationale aux championnats du monde des étudiants (Graz, 1981) il a fait jeu égal avec Garry Kasparov! Grâce à la victoire au championnat dl'Asie de l'Ouest (y compris l'Inde) il a été sélectionné pour le tournoi interzonal de 1982. Il est diplômé en science politique (1980) et en économie de l'énergie (1981).

Bachar Kouatly a joué pour l'équipe nationale française aux Olympiades de 1982, 1984, 1986, 1988 et 1992. Bientôt, Boris Spassky arriva à la fédération française, et c'est sous sa direction que les maîtres français prennent la 7e place au Tournoi des Nations de 1984 et se qualifient pour le Championnat du monde (1985). Après avoir remporté les tournois à Kolhapur (1987) et à Ausburg (1989), Kouatly est devenu le premier grand maître français et arabe ; ce titre lui a été décerné en 1989.

Depuis le milieu des années 80, Bashar a rejoint le travail d'organisation d'échecs en France. Ses efforts ont conduit à de nombreuses compétitions de haut niveau et, de plus, Kouatly parvint à ce que son pays organisât la deuxième partie du jeu Kasparov - Karpov en 1990, ce qui provoqua un véritable boom des échecs dans le pays. À bien des égards, les efforts de Bachar Kouatly ont influencé le déménagement de plusieurs grands maîtres célèbres de l'ex-URSS en France. En 1989, il fonde le club « Lyon-Oyonnax », qui remporte le championnat de France six fois et par deux fois il a été champion de la Coupe d'Europe. En 1990, il devient vice-président de l'AGI - Association Internationale de Grands Maîtres.

En 1994, Bachar Kouatly était l'un des organisateurs les plus célèbres en Europe, et il a été nommé pour la candidature au poste de président de la FIDE. Le président d'alors, Florencio Campomanes avait annoncé qu'il ne prendrait pas part aux élections, donc le principal adversaire de Bachar Kouatly était le président de la Fédération grecque Georgios Makropoulos, qui avait brillamment réalisé deux Olympiades d'échecs. Le Tournoi des Nations de 1994 était également prévu en Grèce, mais le gouvernement y fut soudainement remplacé. Le nouveau gouvernement refusa le projet et fit perdre Makropulos qui dut quitter la course à la présidence. Les Olympiades ont été transférées à Moscou grâce à l'intervention rapide du président de la Fédération russe des échecs Andrei Makarov.

La victoire de Kouatly semblait alors acquise : il était soutenu par les pays occidentaux et Anatoly Karpov. Cependant, ayant vu qu'un allié de son adversaire pouvait arriver au pouvoir à la FIDE, Garry Kasparov a soudainement conclu une alliance avec son pire ennemi Campomanes. L'hôtel Cosmos s'est transformé en un véritable champ de bataille, Florencio a donc remporté la victoire avec un très léger avantage.

Cependant, la crédibilité du Philippin s'était estompée depuis longtemps. La direction de la FIDE n'avait pas d'argent pour mettre en place son propre cycle de championnat, le jeu selon sa version de Karpov-Kamsky était suspendu, et au Congrès-1995 Campomanes a été soumis à des critiques écrasantes du bloc Karpov- Kouatly. L'affrontement décisif eut lieu au Congrès de Paris en 1995.

« Dès que les réunions du Comité central ont commencé, l'opposition a immédiatement attaqué Campomanes. Une critique mordante a été lancée par le Norvégien Morten Sand, le président continental de la FIDE en Europe, l'Autrichien Kurt Jungwirth, président de l'Union allemande des échecs Egon Ditt. Ils ont été fortement soutenus par Karpov et Kouatly.

Quelles étaient les réclamations envers Campomanes? D'abord, il a fait « effondrer » la rencontre pour le championnat du monde entre Karpov et Kamsky. Deuxièmement, il a été élu à Moscou pour qu'il résolve le problème relatif à l'accord entre la FIDE et l'AEP, ce qu'il n'a pas fait.

L'Assemblée générale devait commencer le lendemain matin, et la direction de la FIDE divisée en deux camps jusque tard dans la nuit décida du sort de la fédération. L'opposition exigeait que Campomanes démissionnât volontairement, mais ce dernier n'y consentait pas. Des témoins ont rapporté un appel téléphonique dans la pièce où se déroulaient les négociations. C'était Kirsan Ilyumzhinov qui était arrivé à Paris. Lors de l'Assemblée, il allait informer la FIDE des préparatifs des Olympiades de 1998 qu'il prévoyait d'organiser dans la capitale de Kalmoukie, Elista. C'est alors que Campomanes a probablement prononcé la phrase historique :

– « Voici celui pour lequel je suis prêt à démissionner, même demain ! » (Iu. Averbakh).

Comme Bozhidar Kazich, Bashar Kouatly a été un homme qui fut à un pas de devenir président de la FIDE, mais il perdit à cause d'intrigues politiques. Plus tard, Kouatly continua à être un organisateur et journaliste célèbre. En 1997, il devient propriétaire et éditeur du magazine français à l'autorité considérable Europe Échecs. En 1993-1998 il organisa en France les championnats d'enfants d'Europe et du monde à Disneyland Paris. En 1997, en collaboration avec Anatoly Karpov, il publia un manuel d'échecs pour les enfants avec des images tirées de dessins animés de Disney populaires ; ce livre fut traduit en 22 langues et le tirage total a été de deux millions d'exemplaires !

En 1998-2014, il a beaucoup travaillé dans le domaine de l'investissement. En 2016, il a été élu président de la Fédération française des échecs.

Bashar Kouatly parle couramment le français, l'arabe et l'anglais, il parle également italien et espagnol.

Enyonam Sewa Fumey (Togo)
Poste: Secrétaire général
Année de naissance: 1981
Fédération: Togo

Classé deuxième au Togo, le maître Enyonam Sewa Noel Fumey est un excellent exemple de joueur qui croit aux possibilités infinies des échecs. Enyonam a découvert notre jeu en 2000 par hasard: il est tombé sur un livre d'échecs à la bibliothèque.
EN SAVOIR PLUS
Avant de se présenter aux tournois, Enyonam jouait presque seulement sur Internet. Son extraordinaire assiduité et sa persévérance ont été récompensées en 2003, lorsqu'il a été élu président du club d'échecs de l'Université de Lomé.

Enyonam Sewa Fumey a continué sa carrière dans les échecs devenant l'un des membres fondateurs de la Fédération togolaise des échecs, et puis il a été élu secrétaire général de cette Fédération.

Grâce aux efforts des fervents passionnés d'échecs, dont Enyonam faisait partie, la Fédération togolaise des échecs a rejoint la FIDE en 2012, et le jeune pays d'échecs a pris part à ses premières Olympiades avec Enyonam en tant que capitaine. Enyonam a été à la hauteur dans ce rôle, il a également ouvert une nouvelle page dans l'histoire des échecs au Togo en apportant le premier point à son équipe aux Olympiades de 2012 en Turquie à Istamboul. Enyonam a continué à écrire de nouvelles pages de l'histoire des échecs de son pays en devenant en 2013 le premier joueur d'échecs de haut rang de son pays. L'ancien professeur d'anglais et de français a fait un pas audacieux en décidant de se consacrer entièrement à la popularisation des échecs, tant dans son pays qu'à travers tout le continent africain. Depuis 2014, Enyonam occupe le poste de secrétaire général de la Confédération africaine des échecs qui est dirigée par le président Lewis Nkubé.

Grâce aux efforts et à l'abnégation de personnes telles que Enyonam, les échecs au Togo ne cessent de prendre de l'ampleur. Sewa Fumey est non seulement l'actuel président de la Fédération togolaise des échecs, mais aussi arbitre international et instructeur à la FIDE.
Mahir Mammedov (Azerbaïdjan)
Poste: Vice-président
Année de naissance: 1962
Fédération: Azerbaïdjan

Mahir Mammedov est directeur général de la société SOCAR Energy Georgia LTD depuis 2006. Il est diplômé de l'Université d'architecture et de construction d'Azerbaïdjan en génie civil et industriel, il est également diplômé de l'Institut de recherche d'Azerbaïdjan d'après le programme de formation post-universitaire en Hydrotechnique et amélioration dans le domaine du traitement chimique de produits en béton armé fabriqués en usine.
EN SAVOIR PLUS
Mahir Mammedov est vice-président de la Fédération azerbaïdjanaise des échecs (FAÉ) depuis 2005. En 2000-2005, il était membre du Comité exécutif de la FAÉ et président du Comité sur la composition échiquéenne, et en 2004-2008, il était membre du Conseil de l'Union Européenne des Échecs (UEE) en tant que trésorier.

Depuis 2013, Mahir Mammedov est organisateur international de la FIDE. Il était directeur du Сomité exécutif de la Coupe du Monde FIDE et des 42es Olympiades mondiales d'échecs qui ont eu lieu à Bakou dans la capitale de l'Azerbaïdjan respectivement en 2015 et 2016. Sous la direction de Mammedov, la FAÉ a organisé deux fois le Grand Prix FIDE à Bakou (2008 et 2014), ainsi que le super tournoi en mémoire de Vugar Gashimov qui se tient régulièrement dans la ville azerbaïdjanaise de Shamkir depuis 2014.

L'équipe nationale d'échecs qu'il dirige est triple championne d'Europe 2009, 2013 et 2017. Grâce au soutien et au parrainage de Mahir Mammedov, le club d'échecs SOCAR a primé à la Coupe d'Europe des clubs d'échecs en 2012 et 2014. De plus, Mahir Mammedov a fondé le club d'échecs Odlar Yurdu Chess qui a remporté les 2e et 3e places chez les femmes et les hommes lors de la Coupe des clubs d'échecs européens en 2017.

Depuis 2008, Mammadov est membre du Conseil de l'Association de la Fédération de football d'Azerbaïdjan (AFFA), président des Fédérations Spéciales de Football. En 2004-2008, il a été président du Comité sur le statut et le transfert des joueurs de football de l'AFFA.
Julio Ernesto Granda Zúñiga (Pérou)
Poste: Vice-président
Année de naissance: 1967
Fédération: Pérou

Julio Ernesto Granda Zúñiga est né le 25 février 1967 dans la ville péruvienne de Camaná, dans le centre administratif de la province du même nom de la région d'Arequipa dans le sud du Pérou. La famille et les voisins de Julio étaient agriculteurs. Avant ses premières compétitions internationales, il n'avait jamais vu de livres sur les échecs. Comment cet autodidacte talentueux a-t-il atteint un niveau si élevé? Beaucoup considèrent le phénomène Granda sur le même plan que les succès du célèbre Sultan Khan.
EN SAVOIR PLUS
L'envoyé du Pérou a obtenu la 5e place au championnat du monde des moins de 16 ans (1983) et a attiré l'attention des spécialistes. En 1985, Julio participa avec succès à quelques tournois à l'étranger, il fut vainqueur du Championnat panaméricain d'échecs des moins de 20 ans. Grâce à ces succès, il a obtenu le titre de maître international. Au championnat du monde suivant des moins de 20 ans (1986), « le Grand Zúñiga », comme les joueurs soviétiques le surnommaient, a été leader devant Ananda, Bareev, Piket et Agdestein, mais a perdu quatre parties de suite à l'arrivée.

Depuis 1986 il joue pour le Pérou au cours des Olympiades d'échecs. Au premier Tournoi des Nations, Julio a joué avec un résultat fantastique, à l'exception de sa défaite essuyée contre Garry Kasparov, et son équipe a décroché la 12e place record d'une manière sensationnelle. La FIDE a immédiatement récompensé le débutant talentueux du titre de grand maître.

Bientôt Zúñiga participa au cycle de sélection pour le championnat du monde : au tournoi zonal (1987) –2e place, il a été 4e-6e du tournoi interzonal avec Nogueiras et Nikolic. Il est arrivé en seconde position au tournoi de barrage – Nikolic a été élu au tournoi des candidats. Dans les années 90, Julio a remporté le championnat national péruvien à cinq reprises, a gagné le super tournoi à Mar del Plata (1993), a remporté quelques tournois individuels zonaux sud-américains. Il a participé aux tournois interzonaux FIDE et PCA (1993), vainqueur KO au championnat du monde FIDE de 1997.

À la fin des années 90, Julio Granda figurait parmi les trente meilleurs joueurs d'échecs du monde, mais, à la surprise générale, il se retira des échecs pour quatre longues années, durant lesquelles le grand maître s'est presque exclusivement consacré à l'agriculture et à la pratique religieuse et spirituelle.

Il fit son retour en 2002. Le grand maître âgé de 35 ans a facilement prouvé qu'il restait l'un des meilleurs en Amérique latine en se qualifiant pour la Coupe du monde de 2005 et de 2007. En 2006, Julio s'est établi de façon permanente en Espagne. Il a remporté le Championnat Ibéro-américain (2008), avec une victoire sur Iturrizaga en finale. L'autre combat singulier – contre Nigel Short (2012) – s'est soldé par un échec 2,5:3,5 pour Zúñiga. Julio Granda est aussi multiple vainqueur aux championnats par équipe d'Espagne.

En 2013, le Péruvien fut l'une de principales sensations de la Coupe du monde à Troms. Après avoir mis k.o. successivement Melkumian, Lékó et Giri, il s'est retrouvé au quatrième tour, où il n'a cédé que face à Fabiano Caruana. Une vraie renaissance a commencé pour le joueur d'échecs d'un certain âge, son classement était de près de 2 700 points – le plus élevé de sa carrière.

À la Coupe du monde de 2015, il a passé deux tours (ayant battu Fier et Villagra), et au troisième tour il céda face à Radosław Wojtaszek. En 2017 Zúñiga fut consacré champion du monde senior dans la catégorie 50 +.
Zhu Chen (Qatar)
Poste: Trésorier
Année de naissance : 1976
Fédération: Qatar

À la fin des années 80, les échecs connaissent un vrai boom en Chine. Il est lié aux succès de Xie Jun qui remporta bientôt la couronne mondiale. La fille de la ville de Wenzhou de la province du Zhejiang prénommée Zhu Chen a été la première de celles à avoir suivi les traces de la grande Xie. Le talent colossal de la joueuse d'échecs était déjà évident dès son plus jeune âge : Zhu remporte le championnat du monde des moins de 12 ans, avec un avantage manifeste, et quelques années plus tard, elle gagne deux médailles d'or aux championnats juniors des moins de 20 ans.
EN SAVOIR PLUS
La jeune sportive montre à plusieurs reprises sa supériorité aux championnats nationaux adultes et se forge une place de choix dans l'équipe olympique de Chine. À son arrivée, l'équipe orientale a commencé à améliorer ses résultats sans défaillance : Moscou en 1994 – « le bronze », Erevan en 1996 – « l'argent » et, enfin, les victoires à Elista en 1998, Istamboul en 2000 et Bled en 2002 !

Avant le championnat du monde 2000, Zhu Chen était considérée comme l'une des principales favorites, cependant elle fut battue par Irina Krush dès le premier tour. Mais un an plus tard, après le retrait de Xie Jun des échecs, la voie vers le titre s'est ouverte ! En arrachant la victoire dans une finale sanglante à Moscou à la jeune Alexandra Kosteniouk, Zhu devient la deuxième championne du monde chinoise. La presse occidentale écrivait à propos de la nouvelle reine des échecs : « Il convient de noter que Zhu Chen n'est pas seulement très forte, elle est charmante, belle et intelligente, elle est diplômée d'un master d'une des universités chinoises les plus prestigieuses (dans les années 1995-2001 Zhu Chen a fait ses études à la faculté d'économie et de management de l'université Tsinghua – réd.). L'image de la championne du monde n'a probablement jamais été si attrayante pour la communauté du monde des échecs ! »

Le grand joueur d'échecs du Qatar Mohammed Al-Modiahki a été littéralement ébloui par la belle orientale et lui a demandé sa main, ils se sont mariés en 2000.

La Chinoise a parfaitement joué à l'étape du Grand prix d'échecs de parties rapides à Dubaï en 2002, où elle a mis k.o. le champion du monde de la FIDE Ruslan Ponomariov et a opposé une résistance opiniâtre à Alexeï Dreïev. Bientôt le couple de grands maîtres donna naissance à un enfant, c'est pourquoi Zhu Chen n'a pas participé au championnat du monde de 2004, et n'a pas défendu son titre.

De retour aux jeux, Zhu Chen a acquis de nouveaux résultats importants : en 2005 elle remporta le championnat du monde féminin de parties rapides, en 2007, le super tournoi à Krasnotourinsk, elle fut à plusieurs reprises la meilleure aux Jeux asiatiques. Sa coopération avec le nouvel entraîneur Viorel Bologan a été très fructueuse. L'un des joueurs d'échecs les plus forts du monde, Alexandre Morozevitch, et le grand maître Vladimir Akopian ont aussi travaillé avec Zhu Chen.

En 2006, l'ex-championne du monde fut en désaccord avec la Fédération d'échecs chinoise qui décida de rajeunir considérablement l'équipe nationale et de présenter une équipe de jeunes aux Olympiades de Turin. La triple championne olympique s'offensa et, en Italie, joua sous les couleurs du Qatar pour l'équipe masculine.

Cependant, l'héritière de Xie Jun n'a pas réussi à décrocher la couronne. En 2010 à Antakya, elle a rencontré au troisième tour la joueuse d'échecs qui avait été prise aux Olympiades à sa place de et qui était toute jeune à l'époque. La partie de principe entre Zhu Chen et Hou Yifan était une lutte égale et très âpre – la future championne du monde n'a arraché la victoire que lors du tie-break. Ces dernières années, Zhu Chen a rarement participé aux compétitions, mais en général avec succès. Par exemple, elle est devenue championne d'Asie de blitz en 2015.

Zhu Chen accorde beaucoup d'attention à la popularisation et au développement des échecs. Dans les années 2010-2014, elle a été membre du comité féminin de la FIDE, et depuis 2014 jusqu'à aujourd'hui elle est conseillère au même comité. En 2013, elle a fondé une académie d'échecs portant son nom en Chine, elle participe activement à la formation des futurs champions et championnes. Zhu Chen est présidente du Club de langue chinoise au Qatar, membre du Comité chinois des jeunes compatriotes à l'étranger.

Outre le chinois en tant que langue natale, elle parle couramment l'anglais et aussi l'arabe. Zhu Chen et Al-Modiahki sont parents de deux enfants.
Cookie Disclaimer

Fide2018.com uses cookies and similar technologies on its websites. By continuing your browsing after being presented with the cookie information you consent to such use.
Ok, don't show again
Close
ARKADY DVORKOVICH
Candidat à la présidence de la FIDE
©2018 FIDE2018.COM. ALL RIGHTS RESERVED.
All trademarks referenced herein are the properties of their respective owners.