Arkadi Dvorkovitch : Je suis fier de ma famille et de mes amis
Le candidat à la présidentielle de la FIDE a répondu aux questions de la revue Schach (Allemagne)
1. Où préfériez-vous être à ce moment?

Avec mes enfants, où qu'ils soient.

2. Si demain les échecs avaient disparu de votre vie, qu'est-ce que vous auriez fait?

Je les retrouverais, certainement ! Peut-être, j'aurais d'abord joué au football une journée.

3. Selon vous, quelles sont les influences positive et négative dans les échecs aujourd'hui ?

L'influence positive, c'est l'amour et l'intérêt aux échecs de millions de personnes, l'image exclusivement positif des échecs, la conscience globale du rôle des échecs dans le développement intellectuel, un nombre important de jeunes joueurs de talant et une concurrence en hausse entre les pays.

L'influence négative, c'est le faible niveau de gestion à la FIDE, l'absence de programmes à long terme, une sous-reconnaissance des échecs en tant qu'un sport, les relations avec le monde corporatives très mal organisées.

4. Dans l'histoire des échecs, qui a été loué d'une manière injuste et qui a été sous-estimé de façon aussi injuste?

Les échecs donnent à chacun ce qu'il mérite. C'est une réponse banale, mais c'est la vérité. A moins que la politique ou des événements tragiques n'aient affecté les vies de certains grands joueurs d'échecs.

5. Quels clichés sur les joueurs d'échecs connaissez-vous, comment les commentez-vous?

De faux clichés: «les joueurs les plus forts sont tous intellectuels et sont forts dans tout les matières», et «la plupart des joueurs d'échecs sont des introvertis et des tronches». Il n'y a pas grande chose à commenter. De forts joueurs d'échecs sont bien évidemment des personnes de grand talent, mais ils sont tous différents, avec leurs côtés forts et faibles.

6. De quels préjugés qui vous concernent en tant que l'homme d'échecs ou personne voudrait-vous vous débarrasser?

Je n'y fait pas attention. J'essaie tout simplement faire mon travail. Rester une personne ouverte et bienveillante. En ce qui concerne les échecs, à la tête de la FIDE j'espère de prouver que les échecs ne sont pas un vague exercice de l'époque avant l'ordinateur, mais un jeu moderne qui peut intéresser les gens du monde entier.

7. Aux quels sujets la presse d'échecs devrait-elle porter plus d'attention?

Dans les échecs, comme dans toute autre activité, il n'y a pas de choses négligeables. Tous aspects sont importants. La beauté du jeu, le rôle des échecs pour le développement intellectuel (il y a très peu d'études scientifiques sur ce sujet), la couverture des plus grands tournois, mais aussi des compétitions de tous formats, sur tous les continents, ainsi que les échecs pour les jeunes - tous ces sujets méritent l'attention des médias.

8. Qu'est-ce que vous voudriez apprendre ou regrettez de ne pas avoir appris?

J'aimerais mieux jouer aux échecs ! Peut-être, devenir prof un jour. Parler plus de langues étrangères. Ce n'est pas ce que je regrette, mais ce que j'aspire.

9. De quoi avez-vous honte?

J'ai honte si je ne peux pas faire ce que j'ai promis ou projeté en temps.

10. Qu'est-ce que vous aimez et n'aimez pas chez vous?

Je ne vais pas parler des mes côtés forts. Mais je suis heureux d'être entouré par autant de personnes professionnelles et bienveillantes, d'avoir le soutien de ma famille.

Ce que je n'aime pas, c'est que je leur consacre très peu de temps et d'attention. Et beaucoup d'autres choses. Je pense toujours que j'aurais dû faire beaucoup plus.

11. Quel désavantage de votre pays préfériez-vous éliminer s'il vous en aviez l'opportunité?

J'ai eu beaucoup d'opportunités de le faire, et j'en ai toujours. Je crois que notre équipe a pu beaucoup faire pendant les deux dernières décennies. Mais il reste aussi beaucoup à faire. Je vais contribuer à l'amélioration de la qualité d'éducation et de l'environnement pour l'innovation dans le cadre du centre d'innovation Skolkovo. Et bien sûr, aider à développer les échecs !

12. Qui est votre «héros de notre temps»?

Tout vrai professionnel, quoi qu'il fasse.

13. Quelle est la question que vous n'avez pas encore entendue? Quelle serait votre réponse?

Croyez-vous que la popularité et la reconnaissance des échecs dans le monde entier pourrait passer à un niveau bien supérieur? Oui.

14. Trois livres que vous recommandiez?

Œuvres complètes de Tchekhov, bien que c'est plus que trois livres.

15. Quelle est la partie la plus intéressante que vous avez jouée?

Je ne vais pas consulter mes notes d'échecs, surtout qu'elles sont pour la plupart du temps d'enfance. En ce qui concerne le chef-d'œuvre d'enfance en trois coups avec la fille de Tal, une revue en a déjà écrit dans les années 1970. Mais j'arrive parfois de jouer de belles parties sur Internet.

16. Imaginez qu'un mécène vous donne la mission d'organiser une compétition intéressante. Quels format auriez-vous choisi et quels joueurs auriez-vous invité?

Nous organisons le Tal Mémorial à Moscou qui réunit les plus forts joueurs russes et étrangers et nous allons continuer à le faire. La classique reste le principal, mais il faut utiliser également les formats éclairs, ce que nous faisons régulièrement. En principe, je ne crois pas que les problèmes des échecs découlent de mauvais formats de compétitions.

17. De quoi êtes-vous particulièrement fier et pourquoi?

C'est une question compliquée. Dans ma vie personnelle, je suis fier de ma famille, de mes amis. Dans ma vie professionnelle, comme on dit souvent dans les échecs, cette partie, je ne l'ai pas encore jouée. Disons que les réalisations principales sont à venir.

18. Si vous pouviez échanger vos destins avec quelqu'un pour une soirée, qui serait-il et pourquoi?

Personne. Parce que chacun a son propre destin et ses capacités de le changer. On aimerait parfois être à la place de quelqu'un, devenir champion du monde d'échecs ou de football. Mais c'est le résultat d'un travail immense qu'il fallait refaire, au lieu de ce que j'ai fait moi-même. Mais j'ai mon destin, ma mission.

19. Quand avez-vous récemment fait quelque chose pour la première fois dans votre vie et qu'est-ce que c'était?

Je suis venu dans un autre pays pour la première fois. Mais cela m'est arrivée très souvent. J'ai couru semi-marathon avec mes amis pour la première fois, à Sao Paolo. C'était une nouvelle expérience, j'ai suis heureux d'avoir pu tenir jusqu'au bout !

En général, je tiens à ne pas rester immobile, à me perfectionner, donc, j'ai très souvent à faire quelque chose pour la première fois.



20. Une question d'actualité : comment voyez-vous vos chances de gagner les prochaines élections présidentielles de la FIDE à Batoumi ? Si vous les gagnez, qu'est-ce que vous allez changer dans les échecs?

Les chances sont très bonnes, si elles vont se traduire en réalité, cela ne dépend que de moi et de notre équipe. Nous allons faire tous ce qui nous concerne.

Plusieurs changements sont nécessaires, ils sont détaillés dans notre programme. Le plus important, c'est d'avoir une approche professionnelle. Avoir des résultats réels au lieu des mots. Avoir une équipe qui va travailler au lieu de nouer des intrigues. Les échecs ont un potentiel énorme. Je serai ravi de mettre tout mon expérience au service de notre jeu pour qu'il prenne une place qu'il mérite dans le sport, mais aussi dans la société.
Plus de nouvelles
Cookie Disclaimer

Fide2018.com uses cookies and similar technologies on its websites. By continuing your browsing after being presented with the cookie information you consent to such use.
Ok, don't show again
Close
ARKADY DVORKOVICH
Candidat à la présidence de la FIDE
©2018 FIDE2018.COM. ALL RIGHTS RESERVED.
All trademarks referenced herein are the properties of their respective owners.